Des taxes scolaires inéquitables

Comparatif entre deux municipalités

Luc Rivest, Prévost

Tous les ans, à cette période, je reçois mon compte de taxes scolaires. Comme  chaque année, je constate que c’est toujours plus dispendieux.

Pour la première fois, j’ai pu comparer mon compte de taxes scolaires de Prévost avec celui d’un résident de la municipalité voisine de Sainte-Anne-des-Lacs. Vous dire que j’ai été surpris serait un euphémisme. Je vais vous donner quelques chiffres :

  • Le taux de taxation de la commission scolaire de la Rivière-du-Nord (Prévost) est de 0,31105 $ du 100 $ d’évaluation municipale.
  • Le taux de taxation de la commission scolaire des Laurentides pour Sainte-Anne-des-Lacs est de 0,1054 $ du 100 $ d’évaluation municipale. C’est presque trois fois plus cher du 100 $ d’évaluation (2,95 fois), 295 % plus cher pour les résidents de Prévost.

Voici une comparaison de compte de taxes scolaires pour une maison évaluée à 250 000 $ à Prévost et à Sainte-Anne-des-Lacs :

Prévost 777,63 $
Sainte-Anne-des-Lacs 263,50 $
Différence 514,13 $

Il n’y a que quelques kilomètres qui séparent Prévost de Sainte-Anne-des-Lacs. Leurs réalités sont similaires, coûts élevés de transport scolaire, grand territoire, etc. Comment peuvent-ils être en mesure d’offrir les services pour TROIS fois moins chers ?

J’ai appelé à la commission scolaire de la Rivière-du-Nord. J’ai parlé au directeur de la taxation M. Charrette. D’après lui, il y a moins d’enfants et d’écoles sur le territoire de la Commission des Laurentides (rapport entre le nombre de résidences et le nombre d’enfants) ce qui diminue les besoins en financement et du coup le taux de taxation. Ces arguments sont logiques, mais nous vivons tout de même une injustice : pourquoi dois-je payer TROIS fois plus cher pour un même service ?

Est-ce qu’il n’y aurait pas lieu de vérifier si toutes les dépenses faites par la commission scolaire de la Rivière-du-Nord sont indispensables et justifiées ?

Pour ma part, je trouve inconcevable qu’il y ait une si grande variation entre deux municipalités voisines. Le droit à une éducation de qualité est garanti pour tous les enfants du Québec. Si on prône l’égalité en matière de services, on devrait aussi avoir l’égalité en matière de coûts pour les contribuables. C’est ce qu’on appelle le principe d’équité.

Imprimer