Développements et aboutissements

Michel Fortier

Michel Fortier

directeur, rédacteur en chef chez Journal des citoyens
Michel Fortier

Les derniers articles par Michel Fortier (tout voir)

Annonces au café des élus de la Ville de Prévost

Michel Fortier Lors du denier Café des élus, le 10 novembre, le maire Germain a traité des conséquences de la hausse de tarif de Quartier 50, de la fermeture de certaines patinoires et de la fin anticipée de la poursuite de 3,5 millions$ de Sylco relativement à un développement immobilier aux pieds des falaises.

Quartier 50

Les usagés de Quartier 50 ont été avisé que le coût de l’abonnement annuel des non-résidents de Saint-Jérôme passerait de 100 $ à 460 $. Les quelques 115 prévostois usagés de Quartier 50 recevaient une allocation remboursant la moitié des frais d’abonnement, mais suite à la décision du maire de Saint-Jérôme de presque quintupler l’abonnement, le maire Germain annonce qu’on ne suivra pas la parade et encourage les Prévostois a se tourner vers d’autres centres d’activités. Il annonce que le Conseil a l’intention de faire un sondage auprès desdits usagers afin de ramener le budget à Prévost et répondre aux principaux besoins des usagers.

Deux patinoires fermées

Les patinoires du lac Renaud et des Patriarches seront fermées à cause du coût élevé des réparations et la baisse de fréquentation desdites patinoires. La Ville compte revitaliser l’offre de service desdits parcs, mais souhaite tout d’abord consulter les citoyens afin de mieux répondre à leurs besoins.

Litige Sylco-Prévost

Le maire a présenté un petit historique des événements qui ont précédé au litige. Conséquemment à la vente par la corporation ERS en 2010 de 1 134 acres de terrains à Conservation de la nature Canada et de 300 acres à Sylco construction, on a pu assister à la naissance de la Réserve naturelle Alfred-Kelly. Puis  Sylco déposait en 2012, à Piedmont, un plan de développement immobilier de 280 résidences avec services (égouts et aqueduc), soit 89 maisons unifamiliales et 196 résidences jumelées; un projet de 2,3 logements à l’hectare au pied des falaises.

Le litige juridique qui oppose Sylco Construction à la Ville de Prévost débute en janvier 2016, moment où Sylco fait une demande de permis à Prévost pour la réfection du chemin ayant son emprise à Prévost et menant à l’usine d’épuration de Piedmont-Saint-Sauveur, ce qui aurait amorcé le projet de construction de Sylco au pied des falaises.

La ville de Prévost refusera de délivrer ledit permis, affirmant que la concession n’était pas un chemin privé. Elle invoquera une résolution votée en 2013 demandant à la MRC de ne pas modifier le schéma d’aménagement, afin d’empêcher une route intermunicipale en zone de conservation.

La ville de Prévost considère alors que le chemin d’accès ne serait pas une un chemin privé, mais un droit d’accès spécifique à la ville de Piedmont. Le maire Germain admet que ce point de vue se défend, mais que cela se compare à jouer à la roulette russe. La poursuite de Sylco construction vise 1 M$ en dommage punitif et 58 610 $ en perte financière par mois, soit 3,2 M$. Le maire craint la hausse des frais juridiques qui passerait de 120 000 $ actuellement à 200 000 $ en 2019. Il donne en exemple les frais juridiques de la croix à Sainte-Adèle et du golf de Saint-Colomban, pour justifier de mettre fin aux poursuites de Sylco. D’autant plus que l’orientation 10 a changé le schéma d’aménagement et que maintenant il est possible de faire des routes intermunicipales en zone de conservation.

Si ces arguments semblent de bonne foi et ont l’aval du Conseil qui aura voté lundi dernier sur la résolution autorisant ladite entente, on peut rappeler que des citoyens ont déjà exprimé leurs préoccupations pour la pérennité de l’aire de chasse du locataire des falaises, soit le faucon pèlerin qui serait perturbé par ledit développement. De plus, le trafic qu’apportera camions lourds liés à la construction des résidences, puis les quelques 300 voitures des résidents auront une incidence importante sur le trafic de ce secteur de Prévost, soit immédiatement au sud du pont Boys Farm qui traverse la rivière du Nord sur la 117.

Imprimer