Espace entrepreneurs

Hyman Weisbord au Faubourg de la station, à Prévost – Photo : Marie-Claude Aspiro
Marie-Claude Aspiros
Marie-Claude Aspiros

Les derniers articles par Marie-Claude Aspiros (tout voir)

Les Weisbord – Lorsque donner tient lieu de mode de vie

Marie-Claude Aspiro – La famille Weisbord est originaire de Russie. Elle s’est installée au Québec il y a nombre d’années. Aujourd’hui, la cinquième génération habite sur les terres familiales de Saint-Hippolyte. Ce patrimoine permet à ses habitants de se lever au son de la nature et de prendre leur café en admirant le paysage qui s’étend devant eux… leur paysage. C’est ainsi chaque matin pour Hyman Weisbord, ce descendant d’une tradition d’innovation axée sur le futur et sur la création. Ne serait-ce que pour cela, la vie l’enchante.

À la tête d’une famille de trois enfants et de cinq petits-enfants, Hyman Weisbord se dit chanceux. Non seulement cette affirmation représente ce qui le motive le plus dans son travail, mais également dans sa vie personnelle. Il se sent engagé dès les premières minutes de chaque journée.

Hyman Weisbord est un homme aux valeurs bien définies. Durant toute sa jeunesse, il a été influencé par la politique des années 50 et 60, ce qui a forgé sa personnalité et sa vision du monde. Le thème ancrant de sa vie est donc le balancement du capitalisme dans le but de valoriser la classe ouvrière, le partage des biens et la justice sociale.

La Maison d’entraide de Prévost

Les Weisbord ont toujours eu comme philosophie de redonner à la communauté et Hyman ne fait pas exception. Selon lui, le plus important, c’est de donner. « On est chanceux, si on considère qu’il y a des gens qui n’ont pas ce qu’on a », affirme-t-il. C’est ainsi que vous le verrez souvent à la Maison d’entraide de Prévost, cause qui lui tient particulièrement à cœur. À plus forte raison, il est membre de leur conseil d’administration depuis 12 ans.

Son rôle au sein de la maison est d’amener de nouvelles idées, comme un projet de microprêt pour entrepreneurs ou une bibliothèque de prêt d’outils, innovations dont la population locale pourra bénéficier dans les prochains mois. Ses nouvelles idées, Hyman les puise surtout de ses nombreux voyages. « Durant mes séjours à l’étranger, je cherche des OSBL et je les étudie pour voir ce qu’ils font de différent. Je rapporte ces connaissances et j’essaie de les appliquer chez nous. »

Concernant cet organisme en particulier, ce qui plait plus que tout à Hyman, en plus d’encourager la jeunesse et de contribuer à une meilleure qualité de vie locale, c’est que la maison est « un organisme très bien dirigé qui bénéficie de beaucoup de talents », conclut-il. Sur un plan plus large, Hyman soutient l’organisme Amnistie internationale.

Un homme d’affaires, un visionnaire

Hyman Wiesbord se considère comme un innovateur, un visionnaire et un créateur. Dans cette veine, il a toujours un projet en marche. Son imagination déborde sans cesse de nouvelles idées. Et « c’est important, d’avoir des projets », mentionne-t-il. « Ça nous garde vivants et alertes ! »

Détenteur d’une maîtrise en communications (avec spécialisation dans les communautés) de l’Université McGill, Hyman a débuté sa carrière au CRTC avant de créer sa propre entreprise de produits alimentaires spécialisés : Au printemps gourmet. Cette entreprise d’une centaine d’employés était reconnue mondialement non seulement pour ses produits, mais également pour tout ce qui les accompagnait comme les designs, les recettes, etc.

Puis durant six ans, Hyman était à la tête de l’entreprise Smoke, spécialisée dans les épices fumées. Ces produits étaient particulièrement appréciés de grands chefs cuisiniers de restaurants réputés. En 1996, Hyman Weisbord crée JHemac Holdings inc., puis acquiert le Faubourg de la station où vous le trouverez chaque matin dès 7 h.

Selon cet Hippolytois, la fondation de toute bonne entreprise, au sens large, est la planification, tandis que le plus important, c’est la gestion des ressources humaines. D’ailleurs, il a toujours privilégié une relation très honnête avec ses employés. « Il faut être en mesure d’accepter les erreurs, mais surtout, d’encadrer leurs besoins en plus de communiquer les vôtres ». Selon lui, l’employé idéal est doté de talent, de passion, sait

communiquer en plus de posséder un bon esprit d’équipe. En dehors du travail, il se considère comme étant un conseiller, un chef d’orchestre qui est toujours prêt à communiquer et à encourager.

L’homme d’affaires apprécie au plus haut point sa collaboration avec la Ville de Prévost. « L’administration municipale accepte ma vision et mes projets, qui sont toujours dans l’intérêt collectif. Nous éprouvons donc un grand respect mutuel l’un pour l’autre. » C’est ainsi que tous deux partagent les mêmes valeurs, soit le respect du tourisme et de l’environnement en plus de pratiquer le développement durable contrôlé. « L’important, c’est d’apporter une certaine valeur à la ville au lieu de la bétonner de façon à conserver notre identité propre et unique.

En terminant, le meilleur conseil qu’Hyman ne pourrait laisser : « Baser votre succès sur les gens que vous engagez ». Cette phrase résume bien sa philosophie des affaires.

Imprimer