Spectacles d’ici

Le samedi 9 novembre 2019 : Skye Consort & Emma Björling. Amanda Keesmaat, violoncelle; Seán Dagher, cistre; Alex Kehler, violon et nyckelharpa; Emma Björling, voix et shruti-box. Musique et chants folkloriques nordiques. Photo : Serge Pilon
Sylvie Prévost
Sylvie Prévost

Les derniers articles par Sylvie Prévost (tout voir)

Skye Consort & Emma Björling , plaisir partagé

Sylvie PrévostPour les amoureux de la musique folklorique et tous les autres aussi…

La musique traditionnelle ne plaît pas à tout le monde, mais je suis prête à parier que n’importe qui aurait été comblé par la musicalité et la joie de vivre de Skye Consort et de leur chanteuse, Emma Björling.

Fondant son répertoire sur la musique celtique et scandinave, ainsi que sur leurs pendants de divers pays, l’ensemble privilégie des arrangements sobres, très respectueux de la mélodie, tout en étant recherchés. En effet, les harmonies forment image et finissent par constituer une sorte d’entité, un personnage en soi, qui communique intensément ce qu’expriment les textes.

Les musiciens sont tous excellents et transmettent une impression de solidité et de précision qui semblent aisées. Mais attention! Cette apparence de facilité demande une fameuse expérience! Le cistre est bien sonore, dans son rôle de soutien indéfectible, le violon est très juste, le violoncelle, dansant. La sonorité du nyckelharpa, que l’on commence à connaître à Prévost, est toujours très agréable et l’inventivité des arrangements met l’instrument et son musicien en valeur.

Mme Björling possède une voix cristalline, dont le timbre n’est jamais perçant. C’est aussi une voix qui se démarque par sa remarquable agilité et sa justesse parfaite. J’aurais bien aimé connaître le suédois pour goûter la poésie en même temps que la musique, mais ça n’enlève rien au plaisir que j’ai eu à l’entendre. Seán Dagher a aussi chanté, d’une belle voix profonde.

Ajoutons à cela que la présentation était détendue, souvent humoristique et vous aurez une bonne idée de l’excellente soirée que nous avons passée. La simplicité de ce type de musique fait sa grandeur. Ses thèmes sont ceux de l’expérience humaine, ses mélodies touchent tous les cœurs. La musique traditionnelle se révèle ici ouverte sur le monde et à l’écoute de tous les gens de bonne volonté. On est bien forcé d’admettre que c’est bien vrai : plus on descend vers les racines, plus on constate que les humains sont frères.

Imprimer