Les Artistes des Lacs

Huguette Lagacé Bourbeau, Élizabeth Kawecki, Philippe Faucher, Manon Germain, Brenda Drummon, Chantal Morin, Catherine Roucou et Diane Gravel formaient ce petit groupe d'artistes qui ont inventé le Vide-atelier, petite exposition improvisée qu'il ne fallait pas manquer .- Photos : Yves Briand

Des trésors à coût abordable

Jacinthe LalibertéCampés sous un chapiteau dans le stationnement en face du Centre communautaire, huit artistes du Collectif des Artistes des Lacs ont profité des journées de la Foire aux cadeaux qui se déroulait les 16 et 17 novembre derniers au Centre communautaire de Sainte-Anne-des-Lacs pour présenter plusieurs de leurs œuvres inédites.

Il fallait bien prendre les grands moyens pour se réchauffer. Et voilà! Un petit foyer d’appoint a fait son apparition permettant, ainsi, aux artistes de se blottir près d’une source de chaleur tout en surveillant le va-et-vient. Les visiteurs, venus jeter un petit coup d’œil aux œuvres inédites de ces artistes, en ont aussi profité. – Photos : Yves Briand

Ces artistes avaient, stratégiquement, organisé ce Vide-atelier pour profiter de l’achalandage de la Foire aux cadeaux. Ils n’étaient aucunement gérés par la Municipalité, mais ont eu du soutien de Robert Boyer matériaux dont l’emplacement qui facilitait le va-et-vient entre le site de la Foire aux cadeaux et leur Vide-atelier.

Malgré la froidure qui s’amusait généreusement aux dépens de tous, bien installés autour d’un foyer extérieur, chaque artiste avait son petit mot à dire : « En exclusivité, on gèle les prix pour un spécial de Noël, » de dire Diane Gravel avec sa tuque bien calée sur la tête et ses gros gants dans les mains.

« Un artiste doit s’exposer, 40 % de son travail, c’est de montrer ses œuvres. Il y en a toujours de surplus, c’est évident parce qu’il travaille beaucoup et sans relâche, » a précisé Huguette Lagacé Bourbeau.

Malgré un achalandage réduit, les exposants accueillaient les visiteurs avec une énergie débordante et présentaient leurs toiles dont les styles pouvaient être diamétralement opposés. C’était l’occasion rêvée d’acheter un petit trésor à coût abordable.

C’était comme si on entrait dans un atelier d’un de ces artistes. Il s’en fallait de peu pour qu’ils se mettent à peindre devant nous. – Photos : Yves Briand

Les toiles montées sur des planches de bois donnaient l’impression d’entrer dans l’atelier d’un de ces artistes. Loin d’être un vide-grenier, ce Vide-atelier fut, également, une opportunité pour ce regroupement d’artistes de promouvoir leur art.

« Que cela soit pour un évènement d’une ampleur considérable comme les expositions qui ont eu lieu au cours de l’année ou une toute autre manifestation artistique de moindre portée, les artistes doivent s’exposer pour que les gens s’habituent à leur présence, » une conclusion bien campée de la part de M. Philippe Faucher, président responsable du Collectif.

Imprimer