Parc de la Coulé avec la Ville

Anthony Côté
Anthony Côté

Les derniers articles par Anthony Côté (tout voir)

Un protocole d’entente entre la Ville et le Club du parc de la Coulée

Anthony Côté – À la dernière réunion publique du Conseil de ville de Prévost, les membres du Conseil ont entériné un protocole d’entente entre la Ville et le Club du parc de la Coulée, une première dans l’histoire des loisirs de plein air à Prévost.

Un groupe de bénévoles forme un club qui prend en main la gestion, l’aménagement et l’entretien de sentiers de plein air pour le bien de tous les résidents d’une ville, c’est louable. La Ville reconnait que cette activité contribue indéniablement au bien-être de ses citoyens. Elle est reconnaissante sachant pertinemment que si la main d’œuvre et les infrastructures requises ne devaient être financées que par les fonds publics, ça serait hors de prix pour les contribuables.

Ce groupe de bénévoles adeptes d’activités de plein air comme la randonnée en forêt, la raquette, le ski de fond, le vélo de montagne ou le vélo d’hiver, travaille à un projet de sentiers multifonctionnels en forêt avec dévouement. Ils rencontrent les propriétaires terriens, signent des autorisations de passage avec ces derniers pour obtenir leurs autorisations pour mener ses activités sur leurs terres. De son côté, le Conseil de ville désire les appuyer financièrement pour les coûts reliés aux infrastructures et à l’entretien. Une relation gagnant-gagnant est donc couchée sur papier dans un protocole de collaboration qui définit clairement ce que le Club s’engage à faire, les règles qu’il s’engage à respecter, les limites/conditions de ses interventions sur le terrain. La Ville définit le financement des activités, ce qu’elle est prête à financer et les services qu’elle est prête à fournir au Club. De plus, comme tous les propriétaires terriens, la Ville rédige une autorisation de passage pour ses terres encadrant ainsi les aménagements du Club. Notons que dans le cas du parc de la Coulée, environ 10 % du réseau de sentiers est situé sur les terrains de la Ville. Ces terrains ont été obtenus du prometteur, les Entreprises Proment, pour sa contribution aux fins de parcs, terrains de jeux et espaces verts. Eh oui, 90 % du réseau de sentiers du Club du parc de la Coulée est sur des terres privées et on y circule en invités !

Voici quelques éléments qui démontrent la collaboration souhaitée

  • De façon générale, le Club s’engage à obtenir les autorisations d’un propriétaire avant de modifier ou déplacer un sentier. Dans certains cas, c’est à la demande du propriétaire terrien qui a un projet de lotissement. Par contre, qui dit déplacer un sentier en forêt, dit couper ne serait-ce qu’un arbre. Le Club s’engage alors à élaborer un tracé du sentier en indiquant les arbres à couper / émonder. Le service de l’Environnement se rendra sur le terrain pour valider le tracé proposé. De plus, lorsque le déplacement d’un sentier est requis suite à un nouveau lotissement, le corridor destiné au sentier est délimité sur le terrain par l’arpenteur du propriétaire. Le Club élabore un projet de tracé de sentier et rédige un rapport sur la faisabilité du sentier à l’intention du promoteur et de la Ville. Il pourrait inclure les coûts additionnels pour des infrastructures, tels des passerelles ou un ponceau. Le projet est ensuite validé par les deux instances et le Club peut alors procéder aux travaux d’aménagement du nouveau sentier avant les travaux de construction d’une rue et de la vente des terrains.
  • La coupe d’arbres tombés dans les sentiers peut être effectuée sans une autorisation explicite du service de l’Environnement. L’autorisation pour l’abattage d’un arbre dangereux, encore debout, se fera en transmettant une photo au service de l’Environnement. Les frais pour abattre un arbre dangereux « faiseuse-de-veuves » qui nécessite l’expertise d’un émondeur professionnel sont couverts par la Ville.
  • Un membre du Conseil de ville sera présent à titre d’invité aux réunions du C.A. du Club.
  • Pour dégager les propriétaires d’une possible action en responsabilité civile, le Club doit obtenir une police d’assurance pour ses activités. La Ville s’engage à rembourser le Club pour cette dépense.
  • La Ville fournit le support technique pour la mise à jour de la carte des sentiers et l’implantation du Service 9-1-1 en milieu éloigné hors routes.

Une entente semblable sera élaborée prochainement avec Héritage plein air du Nord pour la Forêt Héritage dont environ 20 % de son réseau est sur les terrains de la Ville de Prévost.

Imprimer