P’tit Train Du Nord

petit train du nord développementLes ministres Nadine Girault, Andrée Laforest et Sylvie D'Amours sont venues faire l'annonce du financement à Sainte-Adèle, le 15 juillet dernier. Toutes trois ont tenu à souligner l'attrait majeur que représente le parc linéaire pour la région des Laurentides. – photo : Émilie Corbeil

Les derniers articles par Émilie Corbeil (tout voir)

Un plan d’investissement majeur

Émilie Corbeil – Le 15 juillet dernier, le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) annonçait un financement de deux millions de dollars suite à une entente signée avec le Conseil des préfets et des élus de la région des Laurentides et la Corporation du parc linéaire Le P’tit Train du Nord. Dédié à des interventions correctives de mise aux normes et d’amélioration des voies cyclables, ce montant s’ajoute aux quelque trois millions déjà récoltés dans le cadre d’un plan d’investissement de 25 millions regroupant les six MRC couvertes par le parc pour les six prochaines années.

Des travaux majeurs sont attendus

Selon Jean-Sébastien Thibault, directeur général de la Corporation, plusieurs travaux de réfection majeurs et prioritaires sont à faire. De Bois-des-Filion à Mont-Laurier, le parc linéaire couvre 234 kilomètres de sentier. Des ponts et des ponceaux sont à refaire et 83 kilomètres de piste sont encore à asphalter. À cela s’ajoutent les réparations des barrières, l’entretien des stations mécaniques et la signalisation.

Des villes généreuses

Afin de permettre de mettre l’accent sur certaines priorités au long de la piste, les villes de Blainville, Sainte-Thérèse, Rosemère, Lorraine et Bois-des-Filion ont généreusement fait don de la portion de l’aide financière qui leur était dédiée. Pour monsieur Thibault, l’entente intervenue avec le MAMH est le résultat d’une excellente collaboration entre les six MRC et les 26 Municipalités qui les constituent.

De Saint-Jérôme à Sainte-Adèle

De Saint-Jérôme à Sainte-Adèle, ce sont les barrières, la signalisation, les bornes kilométriques et l’ajout de stations mécaniques qui constituent les travaux prioritaires. La piste n’est toutefois pas asphaltée entre Saint-Jérôme et Val-Morin. Pour monsieur Thibault, il s’agit de la « cerise sur le sundae ». C’est dans les plans, mais il n’en sera réellement question que lorsque les budgets seront assurés pour les travaux de réfection plus urgents. Qu’à cela ne tienne, l’asphaltage du tronçon de 16 kilomètres entre Val-Morin et Sainte-Agathe-des-Monts a d’ores et déjà fait l’objet d’une consultation le 6 août dernier.

Un achalandage croissant

Bon an mal an, et ce depuis 10 ans, l’affluence connaît une croissance annuelle d’environ 10 % sur la piste. En cette année de Covid, monsieur Thibault estime de manière conservatrice que la croissance sera doublée. Sept compteurs automatisés ont enregistré un total de 1 322 378 passages en été 2019. Les résultats pour 2020 ne sont pas encore connus, la saison n’étant pas terminée.

Maintenant à la gare de Prévost

Depuis peu, la Corporation occupe la gare, qui fait désormais office de camp de base pour la soixantaine de patrouilleurs et d’accueil pour les usagers de la piste. Résultant d’une entente avec la Ville de Prévost, cette nouvelle mission de la gare en assurera par ailleurs la conservation à titre de lieu patrimonial. Monsieur Thibault a également annoncé au Journal qu’une zone « tire ta bûche » sera aménagée pour accueillir les passants.

Étendre la piste

Un ambitieux projet, à l’échéance 2025, est également sur la table de la Corporation : celui d’étendre la piste jusqu’à Montréal. Ce lien direct avec la métropole favorisera les transports actifs et permettra aux usagers un accès facilité aux transports collectifs. De l’aveu de Jean-Sébastien Thibault, directeur général de la Corporation, l’idée fait consensus d’un bout à l’autre du trajet.

Imprimer