Articles by Lise Pinard

Succès du Party d’huîtres

Le Club Optimiste récolte 13 500 $ Lise Pinard – Ça se passait à l’école Val-des-Monts, le samedi 17 novembre dernier, dans la grande salle qui s’est habillée pour la soirée, quel beau travail ! Le party d’huîtres du club Optimiste accueillait deux cent trente participants. Les nappes et les couverts étaient disposés sur les tables, les kiosques des restaurants offrant les dégustations étaient en place, les tables pour écailler les huîtres et les bénévoles attitrés qui en ont ouvert toutes la soirée pour le plaisir des amateurs aux doigts plus fragiles, puis le fameux buffet joliment disposé sur une longue table; tout pour nous mettre en appétit. Le thème de la soirée, « Péchés Mignons », est donc très approprié et l’atmosphère est à la Fête! C’est l’événement de l’année à Prévost. Le Président d’honneur de la soirée, Pierre Papillon du Cabinet comptable Papillon & Associés, et quelques dignitaires dont les maires de Prévost et Saint-Hippolyte honorent l’événement caritatif de leur présence. Les citoyens de Prévost apprécient cette occasion d’échanger dans la bonne humeur et les plaisirs de table auxquels s’ajoutent des amateurs d’huîtres de communautés environnantes. Tout se déroule dans l’harmonie grâce aux 20 jeunes bénévoles, élèves de l’école, qui s’occupent de débarrasser…


4e édition des Boîtes à savon!

Une journée mémorable à Prévost Lise Pinard – La Course des Boîtes à savon 2018, une initiative du Club Optimiste de Prévost, qui en est à sa quatrième année d’existence, a eu lieu dimanche 23 septembre dernier. Il est 8 h 30 et tous ceux et celles qui se dirigent vers l’École des Falaises en ce matin de ciel gris ont le sourire aux lèvres, car ils préparent une journée mémorable. La Boîte à savon est parfois une création de son pilote, souvent aidé par un apprenti manufacturier (souvent le papa) qui développe la personnalité que l’on veut bien donner au bidule, tout en s’assurant que l’aérodynamisme favorisera l’accélération dans la course. Tous les matériaux sont possibles : bois, plastique, bidons métalliques et même des modèles issus de moules de fibre de verre! On peut admirer ces créations alignées le long de l’écurie située rue Mozart. Depuis deux semaines déjà que les affiches et les bolides devant chacun des 18 commerçants-commanditaires, nous rappellent ce moment très attendu. Josée et son équipe veillent à ce que le plan directeur soit bien suivi. Tout a été prévu sur le circuit : sécurité, 2 pistes de course protégées par des bottes de foin pour atténuer les fausses manœuvres des…


Les Laurentides au féminin

Quatre mairesses, une première Lise Pinard et Jacinthe Laliberté – De plus en plus de femmes s’intéressent à la direction des municipalités dans les Laurentides. Les récentes élections ont donné le ton. Trois municipalités ont élu, lors du dernier scrutin, leur nouvelle mairesse et la quatrième en est à son second terme. Du jamais vu jusqu’à présent. On se demande même quel titre utiliser : Madame la Mairesse ou madame le maire ? Pour souligner l’occasion, nous avons demandé à chacune d’elles un aperçu du rôle qu’elles entendent jouer dans leur municipalité par le biais de différentes questions telles le rôle en tant que dirigeante municipale, leur apport dans la vie politique et finalement la conciliation travail-famille. Toutes se décrivent comme étant des personnes à l’écoute pour arriver à des solutions qui répondent aux besoins des citoyens. Elles préfèrent le compromis à la confrontation. Peu importe, elles se sentent à l’aise dans leur nouvelle chaise de dirigeante municipale quoiqu’elles favorisent aussi la rencontre avec les élus. Leur participation au Conseil des maires de la MRC des Pays-d’en-Haut leur donne droit aux échanges en politique municipale sur une échelle plus large. Les mairesses font équipe et assument leurs prises de positions lors de…


Donner vie à des mascottes

Marc Boivin, un artiste de chez nous Lise Pinard – Les premiers souvenirs d’enfance de Marc Boivin révèlent la fascination qu’il porte à un père qui donne à tout ce qu’il touche une note artistique : peinture, sculpture, musique, etc. Maintenant résident de Prévost depuis plus de cinq ans, il a suivi un parcours qui a pour seul but de faire connaître son art. Il quitte son village de Saint-Augustin-de-Péribonka et installe son premier atelier à Normandin au Lac St-Jean. Il réalisera alors des plaques commémoratives en trois dimensions sur bois ou métal, des décors pour différents commerces, pour le théâtre et pour des municipalités. Marc est sans contredit un artiste doublé d’un esprit d’entrepreneur. La première mascotte qu’il a réalisée a été créée au village d’Albanel. À partir d’un dessin, on le met au défi d’en faire une mascotte; ce sera sa première, celle qui a donné l’élan à sa nouvelle carrière. Son imagination débordante de personnages surdimensionnés et qui s’animent est le point marquant du cheminement que prend l’artiste. Pour la confection de ses personnages, il réunit divers matériaux et petit à petit se procure l’équipement nécessaire. La petite famille compte aujourd’hui plus d’une vingtaine de personnages qui se…


La maison hantée de Prévost

Du plaisir à faire peur Lise Pinard – Pour une deuxième année, les ados, créatrices et créateurs, en ont mis plein la vue à plus de 250 visiteurs qui se sont présentés à l’ancien Matério du boulevard Curé-Labelle pour visiter la maison hantée de Prévost. De 17 h 30 à 20 h 30, c’est à la queue leu leu qu’ils ont parcouru corridors lugubres et chambres d’asile reproduites avec toute l’horreur créative de nos jeunes. Le thème de l’Asile a maintenu le « suspense » tout au long du parcours. Depuis le corridor, on entrait dans une salle où l’effet sonore du marteau frappé sur le métal pouvait nous donner l’impression de membres découpés, puis la chambre des petites filles toutes maquillées à faire peur et entourées de toutous faisaient frissonner et, la salle d’attente nous mettait en présence de malades atteints de déficiences et de psychoses. Toutes les séquences étaient animées par des figurants qui démontraient des aptitudes certaines de comédiens. Ces jeunes méritent qu’on les félicite pour tout le travail et l’ingéniosité du rendu du projet. Florence Paquin et Marilou Paquette, initiatrices du projet, étaient entourées de Charles-Antoine Pilon, William Gagné, Coralie Paquette, Lili-Rose Paquin, Noémie Alary, Mégan Alary, Noémie Houle, Laura Major et…


Un Père Noël intégral!

Rencontre avec Pierre Noël Lise pinard – Lorsque vous rencontrez Pierre Noël, vous avez affaire au Père Noël le plus authentique qui soit. Tout d’abord il faut voir la corpulence, les traits faciaux et la bonhommie qui vous mettent en présence de celui qui aime surprendre tous ceux et celles qui se rappellent les veillées de Noël à l’attendre. Tout dans le costume a été choisi par intérêt pour le personnage : tuque, barbiche, lunettes, montre, ceinturon, bottes, et même la bague! Il faut dire que son nom de baptême était prédestiné. Deux accidents successifs, dont un premier qui l’a laissé dans un coma profond pour trois semaines, l’ont déclaré invalide en 1970.  Il a donc opté pour devenir Père Noël à temps plein. La période des Fêtes est un moment de l’année où sa présence est très en demande alors qu’il devient le centre d’attraction des Centres d’achats, des compagnies et des familles qui veulent souligner Noël ou un anniversaire. À d’autres moments de l’année, il peut aussi surprendre les fêtes d’enfants. La visite d’un Père Noël ne laisse pas les enfants indifférents et réveille le tiroir des beaux souvenirs d’enfance pour les plus grands. OH! OH! OH! Pour information :…


Mary-Jil, Ironwomen

Une femme de Prévost, 2e dans sa catégorie au Ironman de Mont-Tremblant Lise Pinard – Mary-Jil Coudé s’est distinguée le 20 août dernier lors de la compétition Ironmen qui se tenait au Mont-Tremblant. Elle a alors remporté la 2e place dans la catégorie des femmes de 30 à 34 ans. Le jour « J » elle était prête pour une journée parfaite : La première étape de la course, la nage en 1 h 5 était un début idéal, au-delà de ses attentes; pour la deuxième étape en vélo, les jambes pédalaient avec une telle énergie qu’elle a eu raison du vent et des côtes pour réaliser le parcours en 5 h 37; la troisième étape, le marathon ou course à pied, a fait appel à son mental de fer, oubliant fatigue et petites douleurs pour terminer en 3 h 42, pour un temps total de 10 h 32! C’était le scénario rêvé de notre IronWoman et le résultat de la compétition : 2e position dans sa catégorie – 6e femme non-professionnelle dans les meilleurs résultats canadiens pour cette course. – Nommée dans le Triathlon Magasine Canada Après quatre années ardues à faire des triathlons soit 3,8 km de nage, 180 km de vélo et 42,2 km de course, soit de 10 à 17 heures/semaine…


L’Épicurien & Moi

Un automne chargé et la relance de ses activités Lise Pinard – Après une brève interruption des activités de l’Épicurien & Moi pour la période estivale ainsi qu’un arrêt bien involontaire du service de traiteur due à une situation imprévisible, la direction de l’organisme assistée de tous les membres du conseil d’administration propose un programme très intéressant pour la prochaine année. C’est d’ailleurs à partir du 23 septembre que les cours reprendront avec des groupes formés de six à huit élèves chacun. La possibilité d’ouvrir un cours pour les plus de 21 ans est à l’étude étant donné la demande. Les inscriptions vont bon train, avis aux intéressés. Les cours sont acceptés par le programme DIMOS. Les subventions étant très rares dans l’économie sociale et de l’insertion, l’équipe continue de faire des démarches en vue d’obtenir le numéro de charité, ce qui permettra d’émettre des reçus aux donateurs. L’autofinancement se fait par le développement de partenariats et de contrats de service de traiteur ainsi que par les levées de fonds privées. « Le service de traiteur est une source de revenus sur laquelle nous comptons ! » Des ateliers thématiques en cuisine, tels les sushis, la cuisine italienne, la boulangerie, la pâtisserie et…


Les artisans du bonheur

L’Épicurien & Moi à Prévost Lise Pinard – Le 30 mars dernier fut une journée mémorable pour la grande famille de l’Épicurien & Moi; dignitaires, gens de la presse, amis et parents étaient réunis pour l’inauguration officielle de leurs nouveaux locaux au cœur du vieux Prévost. Évelyne Perreault, présidente, aidée de ses collaborateurs, a rendu à cet espace désuet un air de fraîcheur qui laisse entrer la lumière naturelle et met en valeur ses murs de brique. À la même enseigne se trouve Michel DelaFontaine, opérant sous le nom de Mike maître saucissier, qui partage les locaux et ses profits pour l’organisme. Il va sans dire que c’est un homme au grand cœur et d’une extrême générosité. C’est donc dans une grande cuisine à aire ouverte que l’histoire prend vie, car elle est le résultat de la longue réflexion des « parents » de L’Épicurien & Moi : Évelyne et Denis, son conjoint, qui croyaient en un monde meilleur. L’objectif est d’offrir un service de traiteur soit des repas santé, prêts à manger, aux familles et individus, un commerce qui devient le revenu principal de l’organisation. Et l’argent sert à quoi ? Il est le centre de la mission du projet : il offre une formation…


Un plaisir coupable

amériqueLe chocolat Lise Pinard – Ah le printemps! On se sent renaître, on frétille, l’énergie est au plus bas, c’est sans doute pourquoi le chocolat est devenu le moment attendu de cette satisfaction traditionnelle à la Fête de Pâques. Dans le temps c’était interdit pendant le carême et le 40e jour passé, le contact avec le premier morceau était traité avec parcimonie. On le choisissait, le regardait et à l’approche des lèvres, les yeux fermés, on imprimait son parfum puis on le glissait doucement sur la langue pour en savourer toute la douceur. Si on succombe à la gourmandise, on peut développer un plaisir coupable. Les historiens s’entendent à dire que ce sont les Aztèques et les Mayas qui l’avaient consacré déesse et dieu de la fertilité, c’était plus de 1000 ans av. J.-C.. Le cacaoyer, produisant les fèves de cacao, est cultivé depuis au moins trois millénaires dans les plaines tropicales de l’Amérique du Sud et de l’Amérique Centrale et dans l’actuel Mexique. En 1494, Christophe Colomb jette par-dessus bord les fèves qu’il avait reçues des Amérindiens, croyant que c’était des crottes de chèvre. C’est en 1528 qu’Herman Cortès offre au roi d’Espagne une boisson chocolatée. Il s’agit d’une…