Espace entrepreneur

Chantal conan - journal des citoyensChantal Conan, de Fotêt et papilles – Photo : Marie-Claude Aspiro
Marie-Claude Aspiros

Les derniers articles par Marie-Claude Aspiros (tout voir)

Chantal Conan et l’appel de la forêt

Marie-Claude Aspiro – L’appel de la forêt, de Jack London, c’est un livre; c’est maintenant un film qui s’amène tout juste sur nos écrans, mais c’est également le courant qui a incité Chantal Conan, cette passionnée de la nature, à quitter sa Bretagne natale pour venir s’installer dans notre contrée sauvage.

Toute petite, Chantal Conan a découvert cette œuvre littéraire qui a changé sa vie à tout jamais. En effet, c’est alors qu’elle a découvert le Canada, ses forêts et ses grands espaces verts. Elle a rapidement réalisé qu’elle voulait, un jour, goûter à tout ça. « C’est un rêve d’enfant qui m’a menée ici ! », affirme-t-elle. 

Ayant grandi sur une petite ferme bretonne, au sein d’une famille de quatre filles, Chantal a toujours eu un lien très étroit avec la nature. Elle s’y sent bien, comme chez elle. Sa grande curiosité pour la nature est d’ailleurs bien assouvie par ce que l’environnement lui offre, non seulement sur le plan botanique, mais également humain. « Nos parents travaillaient toujours sur la ferme, explique-t-elle. Ils étaient simplement occupés à survivre. J’ai vite compris que si je voulais l’attention de ma mère, c’est durant le travail que ça se passait. Je l’accompagnais donc en forêt et nous y passions des moments merveilleux. »

À l’écoute de la nature

Ayant été cueilleuse de plantes sauvages et médicinales, Chantal Conan possède, entre autres, des connaissances non négligeables en paysagisme, en naturopathie, en herboristerie et en agriculture biologique. Mais là où elle a appris le plus, c’est en suivant un véritable coureur des bois. Ce dernier lui a fait découvrir le milieu d’une autre façon. Il l’a de plus sensibilisée à l’écoute de la nature. « Des fois, on arrêtait de marcher juste pour écouter le silence, se souvient Chantal. Il affirmait que c’est à ce moment que les véritables bruits de la forêt se faisaient entendre. » 

Dès lors, Chantal s’acharne à trouver des façons de fleurir nos vies et pour faire en sorte que nous nous réapproprions notre terroir en nous exposant ce qu’il nous offre. 

Une boutique à son image

Fondatrice du magasin d’alimentation naturelle Forêt et Papilles, Chantal Conan est une travailleuse-née. C’est une créatrice à la vision bien définie, qui sait également se laisser emporter par l’inspiration et, surtout, par le destin. Son entreprise, c’est ainsi la combinaison de ses deux grandes passions : la cuisine et la nature. 

Chantal a toujours su que la forêt était sa vocation. « Je n’ai eu qu’à suivre mon chemin », explique-t-elle simplement. Mais vous vous en douterez, Forêt et Papilles, c’est beaucoup plus que ça!

Dans son atelier, Chantal crée tout elle-même, au gré de ses connaissances et de ses élans. En effet, elle cueille ses plantes, les sèche, les transforme et les macère.

Chaque procédé et chaque emballage a d’ailleurs quelque chose d’unique, accompagné d’une finalité très importante pour elle. « Mes produits sont évocateurs de souvenirs émotionnels, comme l’odeur de la forêt ou de la mer », m’apprend-elle. « Ils font donc tous ressortir une émotion et procurent un bien-être absolu. » Et de cela, l’auteure de ces lignes peut en témoigner! Une infime goutte de concentré de roses sauvages a suffi à créer un tourbillon d’émotions intérieures!

C’est ainsi en 2011 que l’aventure Forêt et Papilles commence. Mais elle est de courte durée. En effet, un incendie ravage tout sur son chemin : sa demeure, son commerce, son inventaire. Chantal prend donc une année de réflexion pour évaluer ses options, au terme de laquelle elle décide de poursuivre l’aventure entrepreneuriale. 

Ainsi, chaque année, au mois de mai, Chantal et ses troupes réalisent des sorties en forêt à la recherche de matières premières. Elle planifie également quelques journées au bord du fleuve, à Kamouraska, d’où proviennent notamment ses roses sauvages.

Un défi perpétuel qui plait particulièrement à cette hypercréative est l’aspect changeant de l’écosystème. « Il faut toujours s’adapter à ce que la nature nous donne. J’ai beau planifier, je ne sais jamais avec certitude ce que je vais cueillir. Mais d’un autre côté, c’est très enrichissant, parce que ça me force à être innovante! »

Au fil des ans, l’artisane a bonifié son offre de produits. Sur son site Web ou en boutique, ses clients peuvent donc se procurer des tisanes et des sucres floraux. « Les Québécois adorent le sucre, affirme-t-elle en riant. Il fallait donc trouver un moyen de satisfaire ce besoin ! » Mais plus encore, ils trouveront des produits à base de champignons, des épices florales et boréales (maintenant utilisés dans de grands restaurants), des assaisonnements créés à partir de plantes ainsi que de superbes emballages-cadeaux corporatifs. 

Chantal immigre au Canada en 1996. Elle s’installe à Prévost à l’aube du nouveau millénaire. Depuis, elle parcourt les forêts laurentiennes à la recherche des meilleures plantes servant à créer des produits uniques qu’elle fait découvrir aux gens lors d’événements comme le Salon des métiers d’arts de Montréal et le Salon des artistes et artisans de Prévost, auquel elle participe depuis six ans.

Chantal crée tout elle-même, au gré de ses connaissances et de ses élans. En effet, elle cueille ses plantes, les sèche, les transforme et les macère. On trouve une grande variété de produits dans sa boutique à Prévost – Photo : Marie-Claude Aspiro
Imprimer