Vingt-cinq ans à la bibliothèque

Journal des citoyens - Hélène LimogeHélène Limoges, 25 ans à la bibliothèque de Sainte-Anne-des-Lacs. Les décors qu’Hélène créait avec de très petits moyens et des objets qu’elle apportaient bien souvent de chez elle ont fait la joie de bien des générations de jeunes lecteurs. - Photo courtoisie

Au revoir, Hélène… et merci!

Valérie Lépine1 – 9 juin 2020 : cette date est à ajouter à la liste des dates qui marqueront l’histoire de la bibliothèque de Sainte-Anne-des-Lacs. Hélas, cette date marque la dernière journée de travail d’Hélène Limoges à la bibliothèque. Cette femme dévouée et pleine d’entrain a décidé de prendre sa retraite. Elle aura maintenant plus de temps à consacrer à ses passe-temps favoris, à sa famille et ses amis.

Oui, hélas ! Parce qu’Hélène était le pilier de la bibliothèque depuis 25 ans.  Au tout début, on l’avait engagée pour quelques heures seulement. Elle travaillait alors aux côtés d’une grande équipe de bénévoles dévouées. Mais au fil des ans et à mesure que la population de la municipalité s’agrandissait, elle a réussi à convaincre les élus de la nécessité d’augmenter son nombre d’heures de travail afin d’offrir un meilleur service aux abonnés. 

Les abonnés ont toujours été au cœur des préoccupations d’Hélène. Elle ne s’est jamais contentée d’offrir un service de base. Tous les abonnés méritaient à ses yeux qu’on les accueille par leur nom, qu’on prenne de leurs nouvelles et qu’on s’intéresse, entre autres, à leurs goûts littéraires pour mieux pouvoir les conseiller et faire des choix de livres judicieux. L’été, la bibliothèque était transformée comme par magie : les décors qu’Hélène créait avec de très petits moyens et des objets qu’elle apportait bien souvent de chez elle ont fait la joie de bien des générations de jeunes lecteurs. 

Hélène ne comptait jamais ses heures quand il s’agissait de la bibliothèque. Elle passait beaucoup de temps à réfléchir à la façon d’améliorer les services ou à la façon d’aménager la petite bibliothèque pour que les abonnés s’y sentent à l’aise. Et combien d’heures a-t-elle passées à coudre et à fabriquer chez elle des décors pour le coin des enfants? À magasiner pour trouver de bonnes affaires pour à la fois satisfaire les besoins des abonnés et respecter ses maigres budgets? Ou à dessiner des plans pour une nouvelle bibliothèque? 

Hélène avait l’âme d’une vraie bibliothécaire. Avec son départ, la bibliothèque perd une alliée fidèle, attentionnée, passionnée. 

Je termine en m’excusant d’avance auprès d’Hélène d’avoir écrit ses quelques lignes en son honneur. Hélène est une femme très humble qui n’aime pas les grandes cérémonies ou les grandes effusions de sentiments. Mais étant donné que son départ à la retraite s’est fait dans le contexte très particulier de la COVID-19, qu’elle n’a pu dire au revoir à ses chers abonnés puisque la bibliothèque était encore fermée le 9 juin et que les abonnés n’ont pu à leur tour lui dire combien ils l’appréciaient, je tenais à publier ce court texte. Et je tenais à lui dire combien, moi aussi, je l’ai appréciée, combien travailler avec elle a été un vrai plaisir et combien elle va me manquer. 

Au revoir, Hélène, et merci pour tout !

1. Valérie Lépine a été collègue d’Hélène Limoges pendant six ans.

Imprimer