Chat les masques!

Journal des citoyens - Halo
Sandra Friedrich

Les derniers articles par Sandra Friedrich (tout voir)

Sandra Friedrich – L’autre jour, ma gardienne est rentrée à la maison avec son masque. J’en suis resté sans miaulement. Bon, elle voulait sûrement me jouer un tour, car je l’avais reconnue à sa démarche et aussi à son ronronnement bien à elle. N’empêche, l’ajout de cet objet au visage m’a été surprenant. 

Je ne suis pas comme vous, humain; mon cerveau n’est pas câblé pour reconnaître les visages. Il parait que c’est grâce à votre gyrus fusiforme, un petit organe dans votre tête, que vous pouvez distinguer des millions de visages les uns des autres, sans effort1

J’ai quand même fait ma danse du Halo à ma gardienne. Lorsqu’elle revient, que ce soit après une journée de travail ou une séance de course à pied, par exemple, je viens à sa rencontre, me frotter, m’enrouler autour de ses jambes pour, ensuite, me vautrer sur le tapis afin qu’elle me gratte partout et qu’elle me parle. Mais là, sa voix était bizarre, comme assourdie. 

En entendant ma gardienne, cela a presque été déstabilisant pour moi, car je suis sensible de l’oreille voyez-vous ! Elle émettait une mélodie composée de sons qui correspondait à la joie de nous retrouver après une séparation. Dans notre espace de retrouvailles et de joie, elle parlait avec une tonalité différente. 

Je suis un chat. Donc je ne suis pas programmé pour parler votre langage symbolique structuré. Toutefois, je suis un pro quand il s’agit de décrypter le contexte. Cela m’a pris quelques instants pour comprendre qu’elle avait un morceau de tissu devant la bouche ! Son masque, qui lui cachait la moitié du visage, aurait pu nuire à ma compréhension et donc à mon interprétation de la situation ! 

Hum, hum, cela m’a laissé pantois. Alors je suis allé faire quelques recherches auprès de mon réseau châblé. Mes followers m’ont dit que le masque en ces temps de déconfinement, c’est avant tout pour protéger les autres de la contagion potentielle. Donc cela ramène à ce que je partageais dans ces colon-nes, à savoir que nous sommes toutes et tous interdépendants. Et le masque, c’est un peu le signe actuel de cette prise de conscience d’un point de vue biologique et épidémiologique. 

Malgré tout, le masque reste un handicap félin, et peut-être même social pour vous, qui inhibe les contacts spontanés. En effet, on a quand même de la difficulté à vous comprendre et je suppose que vous aussi vous devez éprouver de la difficulté à vous faire comprendre. Cela peut donc avoir l’effet négatif de limiter vos contacts quotidiens.

Reste que j’ai une compétence unique développée avec ma gardienne : je pratique les accords toltèques. Vous vous souvenez, je vous en parle depuis pas mal de temps. Toutes mes capacités félines soutenues par cet Accord, comme : « Que ta parole soit impeccable », me réconfortent. Tant que ma gardienne et moi sauront nous parler avec intégrité, en faisant tomber les masques, alors nos intelligences adaptatives et nos capacités cognitives nous permettront de dépasser ces visages uniformisés qui défigurent le lien social.

1. www.cerveauetpsycho.fr/sr/cerveaux-confines/monde-de-demain-vivrons-nous-sans-visages-19546.php

Imprimer