Les échos du conseil municipal de Piedmont

Louise Guertin – Assemblée régulière du Conseil du 8 septembre 2020.

La rencontre s’est tenue devant une salle pleine, selon les nouvelles normes de distanciation physique. Ainsi les gagnants de deux concours Villages fleuris et de Photos Piedmont se sont présentés masqués pour recevoir leur prix, masques qu’ils ont enlevé pour la photo officielle avant de repartir et laisser la place aux citoyens venus entendre et se faire entendre des élus. 

Les questions des citoyens aux deux périodes de questions visaient les projets de développements, des problèmes d’écoulement des eaux de ruissellement et le déménagement d’un parc pour enfants. Il faut également souligner le départ du directeur général, M. Albert. Il a décidé de prendre un temps d’arrêt pour vivre avec sa conjointe l’arrivée d’un nouveau bébé, pour ensuite donner une nouvelle direction à sa carrière. Sa remplaçante Mme Sophie Bélanger débute le 14 septembre.

Environnement – Stabilité en bordure du chemin de la Rivière

Une étude de stabilité sera effectuée à la sortie du pont Boisclair, du chemin de la Rivière jusqu’avant la piste cyclable, là où un glissement de terrain s’est produit en 2019.

Mme Rochon : « On veut vérifier la sensibilité de ce tronçon et on en profitera pour voir s’il y a lieu de refaire l’aqueduc, qui est très vieux et très fragile, ainsi que la possibilité d’y ajouter les égouts. » L’étude est confiée à la firme Solmatech au coût de 20 100 $ plus taxes.

Urbanisme – Projets immobiliers au pied et au sommet du mont Belvédère

C’est la mairesse, Mme Rochon qui a donné le ton en donnant des précisions sur deux projets faisant l’objet de questions chez plusieurs citoyens qui s’inquiètent de l’impact sur la nature et leur qualité de vie.

Mme Rochon a répété qu’aucun projet n’a encore été déposé pour les terrains au sommet du mont Belvédère. Elle a appris que le promoteur est en négociation avec les neuf propriétaires de la piscine chemin du Cap pour ajouter un accès à son projet. Il y a un accès par le chemin de la Corniche, mais aucun accès par le Nordais. Elle ajoute : « Si les pentes sont plus que 25 %, le promoteur doit présenter un projet intégré. Ça veut dire : aqueduc, égouts, enfouissement des fils électriques; et le projet doit être rentable. »

À des questions de Mme Bellefeuille, la mairesse répond que si c’est un projet intégré et qu’il rencontre les paramètres exigés par la Municipalité, le Conseil n’aura d’autres choix que de l’accepter. S’il y a demande de dérogation, il y aura consultation auprès des citoyens.

Mme Rochon a précisé que Piedmont est propriétaire d’une bande de terrain entre le projet intégré des barres de logements et la montagne, que ce terrain est un parc protégé par la loi. (On peut consulter une carte sur le site de la MRC des Pays-d’en-Haut/Cartographie et extrait du rôle d’évaluation).

Elle a indiqué que pour le Nordais, la densité du projet a été approuvée en 2007 et que le Conseil actuel ne peut rien y faire. L’hiver dernier, le promoteur a construit quatre blocs de logements; le projet initial en prévoit six. Selon Mme Rochon, il faut s’attendre à plus de construction dans ce quartier incluant le lot qui abritait Nuits Blanches. Le projet approuvé pour ce lot prévoit des maisons jumelées et la transformation de l’édifice existant pour une firme informatique. La mairesse ajoute : « Cependant, avec la COVID, le projet pourrait changer ».

Pour M. Gilles Massé, la phase la plus récente du développement Le Nordais était un désastre et que même si ça été approuvé en 2007, c’était un mauvais plan. La mairesse a répondu : « Vous n’êtes pas un fan des projets intégrés, mais 40 % de nos maisons sont en projet intégré, ce qui permet d’offrir des services d’aqueduc et d’égout et de garder nos taxes basses. » M. Massé lui a répondu qu’il faut aussi considérer la manière de le faire.

Plusieurs projets de construction et rénovation ont été approuvés. Notons, au 151, chemin du Pont, la construction d’un édifice qui abritera un logement et un studio de yoga. Une consultation se tiendra le 29 septembre à 20 h pour un changement à l’usage du 670, boul. des Laurentides où Olodge souhaite installer un café, une boutique de vêtements et un atelier de réparation de vélos.

Ruissellement des eaux chemin des Épinettes

M. Jeté du 310, chemin des Épinettes, est venu avec des voisins expliquer un problème récurrent d’écoulement de l’eau de pluie, de la rue jusqu’aux escaliers des condos qui deviennent glacés l’hiver. M. Jeté a souligné que les discussions avec le directeur des travaux publics sont difficiles. Il dit que son groupe ne croit pas que la solution proposée est viable. Il ne voudrait pas créer un problème pour les voisins. Le directeur général M. Albert est au fait du problème et leur a dit que des études techniques seraient probablement nécessaires et qu’on les tiendra au courant.

Parc Gilbert-Aubin 

Le parc Gilbert-Aubin se bonifie. Dans les prochaines semaines, on y déménagera l’aire de jeux (actuellement dans le secteur Nord Vallée). M. Sylvain Gobeil a demandé si on aurait pu le garder dans le même quartier et ne pas obliger les résidants à prendre leur auto pour aller au parc avec les enfants. Une autre citoyenne fait valoir que cette aire de jeux était très fréquentée. Mme Rochon a dit qu’il n’est pas exclu qu’il y ait est dans Nord Vallée, un jour. Le Conseil a approuvé l’achat d’une ombrière pour l’aire de jeux, à côté duquel on prévoit installer éventuellement un jeu de pétanque.

La patinoire qui était sise à la gare sera également déménagée au parc; le chalet sera construit plus tard. Cet hiver, on prévoit une roulotte pour les patineurs. Une affiche du plan directeur, des installations et usages planifiés pour le parc Gilbert-Aubin devrait être installée sur le site, sous peu.

Imprimer