Articles

Fête de la famille

Des animations en tout genre et du plaisir pour tous! Jacinthe Laliberté jacinthe.laliberté@journaldescitoyens.ca – Le 14 août s’est déroulée la fête de la Famille sur différents sites du village de Sainte-Anne-des-Lacs. Des animations de tout genre ont permis à environ 300 personnes de s’amuser sous une température très agréable. Concentrés dans le terrain de balle-molle du parc Henri-Piette, il était facile de trouver, sous les différentes tentes d’animation, une activité divertissante : Chillin’Zone, animation sur planches d’équilibre et détente avec des jeux de société; Éducazoo avec ses reptiles, oiseaux et petits mammifères que l’on pouvait prendre entre ses mains; jeux d’évasion en sentiers à la recherche d’indices dont la clé du mystère était, semblait-il, au bout du sentier. Les supers héros Aqua man, Coccinelle et un des personnages de Star Trek, de l’organisme sans but lucratif Héros de l’espoir en ont aussi impressionné plus d’un. Une méga vente de livres, une première en son genre pour la bibliothèque, fit près de 200 heureux qui ont pu, à souhait, regarnir leur bibliothèque à des prix dérisoires. Plus de 1 000 romans pour enfants, adolescents et adultes ainsi que des documentaires et des périodiques garnissaient les tables placées sur le parterre adjacent à la bibliothèque.  Dans une…


Hommage à Gilles W. Pilon

Portrait d’un amant de la nature Jacinthe Laliberté jacinthe.laliberté@journaldescitoyens.ca – Dans le cadre du projet Hommage aux ainés conçu par Philippe Faucher, responsable du Collectif des artistes des Lacs, Lise T. Potel, peintre de ce groupe, a réalisé le portrait de Gilles Pilon, un Annelacois connu de tous pour son engagement. Lise T. Potel, artiste peintre, est « une touche-à-tout ». Passionnée de la nature, ses sources d’inspiration sont la flore, la faune et les animaux. Elle adore exploiter différents médiums passant du pinceau à la spatule. Tout un monde de couleur et de texture se profile sur ses toiles. Celle-ci ne se dit pas portraitiste pure, mais elle aime peindre des personnages. Élève de Jean-Paul Ladouceur qui fut un de ses principaux mentors, elle a découvert, avec ce dernier, que chaque nouveau tableau était une aventure. Connaissant Gilles W. Pilon et Marie-Andrée Clermont, son épouse, elle fut enchantée par la proposition de Philippe Faucher. Réaliser le portrait de monsieur Pilon raviva une complicité quelque peu oubliée. Lise avait, dans le passé, illustré la page couverture de quatre des livres de Marie-Andrée qui écrivait des romans pour la jeunesse.  Ironiquement, Gilles n’était pas très chaud à participer à ce projet n’aimant pas l’idée d’être « affiché »…


Maison d’entraide de Prévost

Des pratiques à revoir Émilie Corbeil emilie.corbeil@journaldescitoyens.ca Au cours des derniers mois, plusieurs sources ont affirmé au Journal que la Maison d’Entraide de Prévost (MEP) vivait des moments troubles. Cet organisme de bienfaisance, enregistré depuis 1977, est certes le plus important ayant pied à Prévost. En 2020, il déclarait des revenus totaux de plus de 271 000 $. Il est en charge de l’aide alimentaire dans la localité et, afin de financer ses activités, recueille des biens et des vêtements dans le but d’en faire la vente à petit prix au comptoir familial, à la friperie ou à l’entrepôt pour les meubles, les petits électroménagers et les équipements de sport. Ces activités de revente représentent également en elles-mêmes un service à la communauté qui participe activement à soutenir la MEP en y déposant des biens et des vêtements encore utiles. Le Journal, ayant reçu certaines informations, a recueilli de nombreux témoignages et fait enquête. « Dehors, on entend les cris » Plusieurs personnes ont accepté de témoigner des cris, des crises, des menaces et du langage ordurier que l’on entend parfois même de l’extérieur, dans le stationnement et dont on fait les frais les bénéficiaires de la banque alimentaire et les clients. Ces témoignages, tous corroborés, font état d’attitudes…


Le Club Optimiste de Prévost

Toujours très actif Noa Garcia-Ahmad noaga@journaldescitoyens.ca Bien que l’ensemble des événements requérant un rassemblement de personnes ait été annulé durant la pandémie, le Club Optimiste de Prévost est loin d’avoir arrêté toutes ses activités. Afin d’en apprendre davantage sur le travail réalisé par le Club pendant cette dernière année, le Journal s’est entretenu avec Josée Desnoyers et Kim Bordeleau du Club Optimiste. Fondé en 2003, le Club Optimiste de Prévost centre la majorité de ses activités autour de la jeunesse, comme nous l’explique Josée Desnoyers : « Le but des Optimistes, c’est l’aide à la jeunesse à travers toutes sortes de moyens, soit par des dons ou des activités ». À travers des comités de travail qui assure l’organisation des activités et des réunions hebdomadaires de l’ensemble de ses membres, le Club Optimiste de Prévost s’est démarqué dans la Ville de Prévost, autant par la taille que par la qualité de ces activités et de ces événements dans les années précédant la pandémie. Vu la portée internationale du mouvement des Optimistes, les Clubs Optimiste doivent se soumettre à certaines conditions et critères, tels que la remise régulière de cotisations et l’atteinte d’objectifs divers. Cependant, mesdames Desnoyers et Bordeleau doivent avouer que leur Club sort davantage des sentiers…


Témoignage éloquent sur la diplomatie

Marie-André Clermont – Si vous cherchez une lecture stimulante qui vous entraînera hors des sentiers battus, je vous suggère ce livre, Diplomates en péril ?, de Jean-Yves Dionne et Lucie Tremblay… À partir de la page 137, vous aurez du mal à le déposer avant d’atteindre le point final. Jean-Yves et Lucie ont vécu une carrière trépidante comme agents du Service extérieur du Canada. Leur feuille de route est impressionnante… tout comme la conciliation travail-famille qu’ils ont maintenue tout du long. Diplomates en péril ? – La première partie est un essai critique sur la diplomatie canadienne d’hier à aujourd’hui. Dans un texte solidement documenté, les auteurs présentent les tenants et aboutissants de ce vaste domaine méconnu. Ils abordent sans faux-fuyants les problèmes liés aux enjeux politiques et aux changements des dernières décennies. Le point d’interrogation du titre est révélateur : selon les auteurs, la diplomatie arrive à un carrefour et de nouveaux enjeux forcent le pays à réévaluer certains concepts. Le livre propose aussi des solutions pour valoriser le système. Chroniques peu diplomatiques – La deuxième partie est fascinante : un récit captivant des péripéties qu’ont vécues Jean-Yves, Lucie et leur famille pendant trois décennies et un peu plus – une histoire ponctuée d’anecdotes authentiques qui suscitent…


Rivière du Nord

Les problèmes de surverse persistent Noa Garcia-Ahmad noaga@journaldescitoyens.ca – Dans notre dossier sur la rivière du Nord de 2021, paru dans l’édition de juillet, une source importante de pollution de la rivière a été omise : les surverses et les déversements des installations municipales. Avec l’aide d’Alain Saladzius, président de Fondation Rivières, et de Philippe Maisonneuve, chargé de projet chez Fondation Rivières, le Journal a brossé un portrait général de la situation des surverses au Québec et dans le bassin versant de la rivière du Nord. Tout d’abord, rappelons que Données Québec définit un ouvrage de surverse comme « un ouvrage de débordement, composé d’une chambre souterraine de régulation qui dirige en conditions normales d’opération les eaux usées dans le réseau de collecte et d’interception jusqu’à la station d’épuration ». Les surverses se produisent lorsque les apports d’eau dans le système d’écoulement excèdent la capacité de régulation, par exemple en temps de forte pluie; l’excédent d’eau est alors déversé dans les cours d’eau. Toujours selon Données Québec, « c’est sous ces conditions qu’une partie des eaux combinant des eaux de pluie et des eaux usées s’écoule vers le cours d’eau récepteur durant une courte période ».  Un problème à l’échelle nationale Depuis 2017, le nombre annuel de surverses oscille entre…


Élections municipales

Le Journal propose un espace gratuit à tous les candidats Michel Fortier, Le Journal des citoyens, soucieux de fournir à ses concitoyens une information adéquate, offre à tous les candidats et partis politiques reconnus officiellement pour les élections municipales de novembre, la possibilité de se faire connaître et de faire valoir leur programme électoral gratuitement aux conditions déterminées ci-bas. Cet espace fourni par le Journal n’empêche toutefois pas les candidats de devenir annonceurs dans nos pages aux conditions habituelles consenties à nos annonceurs. Dans l’édition d’octobre, nous comptons vous présenter tous les candidats qui brigueront les postes de maires et de conseillers lors de l’élection de novembre. Nous publierons alors la photographie de tous les candidats accompagnée d’un texte de présentation ne dépassant pas 75 mots pour les candidats conseiller et 100 mots pour les candidats maire. Ce texte sera rédigé par les candidats eux-mêmes afin de se présenter aux électeurs et faire connaître leur « promesse électorale », soit l’action ou l’engagement électoral le plus important pour le candidat ou son parti et qu’il compte réaliser pour son district électoral ou pour sa Municipalité pendant son prochain mandat. Ce texte vise à faire connaître les candidats, leurs réalisations antérieures et leur implication dans…


Élections à la préfecture

Vers des élections à la MRC des Pays-d’en-Haut Noa Garcia-Ahmad noaga@journaldescitoyens.ca  Le 7 novembre 2021, les citoyens devront se présenter aux urnes pour élire le préfet qui prendra la tête du Conseil de la MRC, qui est composé des maires des 10 municipalités constituant la MRC. À l’approche des élections, le Journal vous présente les trois candidats à la préfecture ainsi que quelques enjeux de cette campagne. La MRC des Pays-d’en-Haut fait partie des 16 MRC au Québec dont les préfets sont élus par suffrage universel. La durée des mandats est de quatre ans pour les préfets élus au suffrage universel alors qu’il est de deux ans pour ceux désignés par leurs pairs. Durant leur mandat, les fonctions du préfet sont diverses : il peut rassembler, mobiliser et favoriser la concertation entre les Municipalités et aider à coordonner, sur le plan régional, l’identification des enjeux prioritaires; réaliser des actions communes; permettre aux citoyens d’exprimer leurs besoins de nature supra locale; faire de la MRC une institution véritablement décentralisée, avec pouvoir et contrôle sur son développement. Croissance démographique et problématiques liées au logement au cœur des débats  D’une part, il est évident que les problèmes liés à la croissance démographique importante dans la région ainsi que…


Un pont tout neuf

Sainte-Anne-des-Lacs enfin accessible Jean-Guy Joubert  joubert.jeanguy@edprev.com Le jeudi, 12 août dernier, le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, François Bonnardel, ainsi que la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants et députée de Prévost, Marguerite Blais, procédaient à l’inauguration du pont d’étagement sur le chemin de Sainte-Anne-des-Lacs, au-dessus de l’autoroute 15, dans les Laurentides. La patience des citoyens affectés par ces travaux et la durée de ces derniers trouve donc une heureuse conclusion avec leur parachèvement au cours des prochains jours. L’éclairage sera aussi optimisé pour plus de sécurité. Rappelons que le projet a débuté en 2020 avec la démolition de l’ancienne structure. Ce pont supportait un débit journalier moyen de 7 100 véhicules, dont 8 % de camions. Pour les citoyens de Sainte-Anne-des-Lacs, le chemin principal aura aussi droit à une cure de rajeunissement, dans les prochaines semaines, avec le pavage d’une section de 3,4 km de cette artère empruntée par une majorité de citoyens. Il s’agit donc d’une nouvelle qui devrait faire le bonheur des Annelacois et des citoyens qui empruntent cet important axe de circulation. François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie et Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés,…


Première pelletée de terre

Une maison des aînés à Prévost, c’est parti! Michel Fortier – Mardi 17 août, la ministre responsable des Aînés et des proches aidants, et députée de Prévost, madame Marguerite Blais, a procédé́ à la pelletée de terre officielle de la maison des ainés de Prévost qui sera construite dans le district 3 : secteurs Lesage et Mozart près de l’école des Falaises. La ministre Mme Marguerite Blais a présenté le projet de Maison des aînés de Prévost avec enthousiasme. Elle a mentionné que la proximité de l’école était un heureux choix qui allait permettre aux ainés de s’intégrer à la communauté, « On veut que les ainés s’intègrent, que les enfants viennent, on veut que les ainés sortent, on veut que les proches aidants puissent y passer la nuit, c’est pourquoi les chambres sont 30 % plus grandes… on veut beaucoup, beaucoup de familles… On ne souhaite pas travailler sur la perte d’autonomie, mais sur l’autonomie qui reste », des propos encourageants qui devraient pouvoir éviter l’enfer que nous avons connu au début de la pandémie. Sur cette question relative au fait que les CHSLD ne semblaient pas faire parti du processus sanitaire imposé aux hôpitaux, elle a répondu que le gouvernement croyait que ce…