Chronique d’Halo

Journal des citoyens - Halo
Sandra Friedrich

Les derniers articles par Sandra Friedrich (tout voir)

Je me refuse à élever le niveau de haine dans ce monde

Sandra Friedrich – Humains, depuis le déconfinement, je dois dire que vos comportements me laissent sans miaulement. Les grands principes de non-violence à l’égard des humains, non-violence à l’égard des animaux et non-violence à l’égard de l’environnement ont pris le bord. Vous êtes des analphabètes relationnels qui passez votre temps à vous blesser les uns les autres. Bref, vous êtes en guerre.

Donc, vous n’êtes pas libres. Bah oui, si vous pensez que l’autre a tort et que vous avez raison, vous vivez dans un monde binaire et çà prend une sacrée énergie à défendre ses positions. À défendre ses tranchées. Votre manière de penser est conditionnée : blanc-noir, vrai-faux, pour-contre. Cette pensée-là vous pourrit la vie et par ricochet la mienne. 

Pourtant, vous sembliez appeler de vos vœux un nouveau monde, vous vous souvenez, un monde dans lequel l’agriculture est non-polluante, l’économie solidaire, l’environnement durable, les animaux respectés, l’éducation valorisante, la médecine humaine. Ça ne pourra pas arriver avec le relationnel confiné, étriqué que vous avez. Comment voulez-vous développer une liberté de pensée si votre cœur veut avoir raison? Sans liberté dans le cœur, vous êtes en prison. Vos sentiments et émotions guident vos mots et forment un bouclier infranchissable qui vous ferme à la vie. Vu que votre façon de penser, agir, réfléchir est conditionnée par cette fermeture, où est votre choix?

C’est une illusion. C’est juste une énorme illusion dans laquelle vous vous perdez et qui vous pousse à violenter les autres. Et c’est pourquoi, chers humains, je vous le dis : je refuse d’élever le niveau de haine dans ce monde. Le monde ne changera pas avec des conflits, du ressentiment, de la diabolisation, de la dualité, des guérillas, des agressions, etc. 

Je refuse de haïr. J’ai le droit de dire non avec fermeté à ce qui se passe et de poser des limites. La situation actuelle vous donne l’occasion de vous ouvrir à une autre façon d’être. Là, moi je vis dans un monde dans lequel je crée des ponts. Pour changer les choses, il s’agit de les transformer, pas de les anéantir. Si vous ne veniez à travailler « avec » la nature, avec les animaux, avec, avec, avec, çà permettrait de créer un nouveau monde relationnel. 

Nous avons une possibilité de bâtir autrement et dans cet espace, quasi dans cette petite bulle, développer un savoir-être et savoir-faire afin d’agir avec conscience. Ce choix demande du courage et de la fermeté. C’est à un chemin d’inclusion et d’inter-être que je vous invite. Avançons ensemble. 

Tous, ensemble.

Imprimer