Halo le chat

Halo le chat -Journal des citoyens de Prévost
Sandra Friedrich
Les derniers articles par Sandra Friedrich (tout voir)

Ronronnons de bienveillance

Sandra Friedrich – Je ne peux pas vivre sans ronron, sans amour, sans chaleur. Vous le pouvez ? Voyez : vous êtes comme moi. À la différence que j’en suis conscient et que je le revendique avec intensité vocale. Vous, humains, semblez être inconscients de ce besoin fondamental : la bienveillance. 

Qu’on se mette d’accord, la bienveillance, ce n’est pas un truc pour les petits chats, c’est plus que de la simple gentillesse. Bien que juste de la gentillesse ça ferait tellement la différence dans ce monde parfois cruel… La bienveillance féline à laquelle je pense consiste à injecter plus de douceur, de respect et d’indulgence dans la vie. C’est une inclinaison de vie qui aide à faire des choix pour maximiser le bonheur, pour remplacer la haine par la bienveillance. 

Ksss, Sshhh vous allez dire, la haine quel gros mot ! Et pourtant, ne vivez-vous pas déconnectés de vos sens, obsédés par l’urgence, ballottés par la météo de vos états d’âme, grignotés par les comportements des autres, agacés par les contraintes sanitaires ?

Donc, vous vivez. Rrrrrr. Je ne veux pas dire, mais « Nous autres chats savons que la façon dont vous vous comportez détermine votre statut au paradis »1. Et on veut ces neuf vies dont on nous parle sans cesse, donc pour des relations plus vraies avec les autres… et avec soi, on choisit la bienveillance. Parce qu’on a un profond besoin de nous connecter aux autres; et je suis certain qu’il en est de même pour vous : ne ressentez-vous pas le besoin de vous connecter à d’autres personnes ? Car les interactions – félines et humaines – sont nécessaires à notre équilibre et à notre croissance.

Je vais partager mes trucs pour être bienveillant. Je décode instantanément les émotions de mon humaine et quand je constate que c’est pas folichon son affaire, je lui dis combien je l’apprécie en multipliant les gestes affectueux. Je me frotte sur son bras, je lui parle; je lui signifie ma pleine présence quand je veux de la place dans le fauteuil. Vous éviteriez un grand chaos si vous cultiviez cette qualité de cœur et développiez ces comportements, comme je le fais, quotidiennement. Voilà note ultime secret : plus nous sommes bienveillants envers autrui et envers nous-autres, plus le monde est vaste, calme et en paix. 

Nous les chats ne vivons pas dans le stress, l’agitation permanente, la peur, la compétition, le surmenage… Non, nous sommes dans l’essentiel ici et maintenant, nous sommes connectés à ce qui est beau et chaud et vrai. C’est ça, la bienveillance.

Être bienveillant, c’est vouloir, et faire, du bien aux autres sans rien attendre en retour. Je ne serai pas le fidèle représentant de ma race, si je vous cachais ce constat : plus vous êtes bienveillants, plus vous constatez une diminution de l’agressivité, de la peur et de la colère, de l’anxiété, de la rumination, de l’autocritique, de la dépression; mais une augmentation des sentiments d’amour, de joie, de contentement, de gratitude, de fierté, d’espoir, ainsi que plus d’intérêt, d’amusement et d’émerveillement. Bref, c’est tout bénéfique !

Moi je vous dis : la bienveillance, c’est la clé pour traverser l’hiver et la tempête covidienne au chaud, et protégé.

1. La citation exacte est : « La façon dont nous nous comportons envers les chats détermine notre statut au paradis » – Robert Heinlein. Mais j’ai le droit de la triturer et de jouer avec elle.

Imprimer