Patrice Savard, un pionnier

Patrice Savard journal des citoyens
Gleason Théberge
Les derniers articles par Gleason Théberge (tout voir)

Le Journal salut sa contribution

Gleason Théberge – À l’occasion du décès, le mois dernier, de notre concitoyen Patrice Savard, à l’âge de 85 ans, le Journal tient à saluer sa contribution aux communautés de Prévost et de la région.

Né en Abitibi, dans les années 30, où il rencontre sa conjointe Réjeanne Imbeault, il arrive en Laurentides à la fin des années 50, où leur couple s’établit dans ce qui est alors Shawbridge. Après avoir enseigné trois ans à Val-d’Or, M. Savard assume une tâche de professeur à la toute nouvelle polyvalente Augustin-Norbert Morin pendant quatre années. Puis c’est à la polyvalente de Saint-Jérôme, elle aussi naissante, qu’il poursuit sa carrière. Son destin marqué par ce qui se développe, c’est ensuite au cégep en train de prendre racine à Saint-Jérôme qu’il devient gestionnaire du service de l’Éducation aux adultes jusque dans les années 80.

Pendant cette dernière époque, il s’implique, entre autres, comme marguillier pendant dix ans, et conseiller municipal dès la naissance du nouveau Prévost, une tâche qu’il ne quittera qu’en 1988. Il participe aussi à la formation de la première Association des gens d’affaires de Prévost. Il aura été aussi parmi les premiers membres de la Société du patrimoine de Prévost, où il aura soutenu autant la réalisation du centre culturel de la rue Maple que la mise en valeur de la gare, devenue un rendez-vous incontournable dans les Laurentides.

Généreux, patriote et consciencieux, il aura été accompagné par son épouse, qui nous a fourni ces informations et aura, elle aussi, enseigné tout ce temps, mais à l’école rouge du Christ-Roi, rue Shaw, avant de continuer sa tâche à l’ancienne école Notre-Dame devenue Val-des-Monts.

Raymond Lévesque parle dans sa chanson des pionniers destinés à être oubliés. Nous souhaitons que Patrice Savard reste dans nos mémoires.

Imprimer