La chronique de Halo

Journal des citoyens - Cronique de Halo
Sandra Friedrich

Les derniers articles par Sandra Friedrich (tout voir)

Je vais m’atteler à domestiquer votre parole

Sandra Friedrich –  J’ai remarqué quelque chose sur vos habitudes, humains, quand vous communiquez. Je voudrais partager avec vous ma façon de penser.

Quand vous parlez, vous exposez vos idées, souvent vous projetez vos émotions et vos désirs, rarement vous êtes en relation à l’autre. Je me rends compte que votre parole a un pouvoir créateur d’une extrême puissance : concrétiser des rêves, écrire des livres ou tout détruire. Bref avec des mots vous pouvez faire germer l’amour ou la haine dans l’esprit des autres. On se dit qu’il vaut mieux apprendre à en faire bon usage. En effet, on a remarqué que la plupart du temps vous ne maîtrisez pas vos pensées : les mots sortent de votre cerveau et passent directement le seuil de votre bouche, sans le passage par un mâchouillement conscient. 

Nous les chats — bon ceci est également valable pour les autres espèces — on ne s’y laisse pas prendre. Vos belles phrases, même celles qui nous sont adressées de manière succulente, ne sont authentiques qu’à certaines conditions. Lors de notre dernière rencontre de notre fraternelle féline, on en est arrivé à la conclusion suivante : quand votre parole est impeccable, elle a un impact réel sur la qualité de notre vie et aussi sur la vôtre. C’est dire que les mots sont importants. 

Vous êtes des êtres de langage. Dès que vous êtes en communauté, vous vous sentez obligés de parler; sans cela, le silence s’installe et souvent laisse place à un certain malaise. Nous autres, chats n’avons pas ce problème. On aime le calme, la volupté et la zénitude. De toute manière, que vous soyez en compagnie de quelqu’un ou non, la parole est constamment présente avec vous. En vous. Vous n’arrêtez pas de penser. Paraît que ça s’appelle le dialogue interne ! Mais cela doit être abrutissant ! 

Les chats ne vivent pas ces exigences extrêmes de devoir se parler. On miaule quand ça nous arrange et c’est bien assez, car notre parole est impeccable : on veut être servi, on veut sortir, on veut notre double ration de pâté, on vous le dit. C’est imparable. C’est clair. Dans notre fraternelle des chats, on a très bien – et je dois dire pour notre gouverne très facilement – appris à en faire bon usage. 

Quand on vous écoute – mais miaou miaou – on a mal à nos oreilles. La majorité d’entre vous a appris à s’exprimer de façon incongrue et inefficace. Par exemple, vous êtes habitués à dire ce que vous ne voulez pas au lieu d’exprimer ce que vous voulez. Cela ne nous viendrait jamais, mais alors jamais, à l’esprit de faire ça. C’est passer à côté de l’essentiel : on veut du pâté. Point. On ne vous dit pas qu’on ne veut pas de croquettes. On VEUT du pâté.

Et c’est en partie cela avoir une parole impeccable : dire ce que l’on veut, formuler sa pensée de façon positive et… changer d’état intérieur tout en vous permettant de redécouvrir l’importance d’un langage sain.

Imprimer